Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Grande Bibliothèque d'Algarve

TU NE SAURAS JAMAIS COMBIEN JE T'AIME

On connaît plus le comédien Daniel Prévost pour son humour cinglant que l’homme sensible et émouvant qu’il est véritablement.

Son livre « Tu ne sauras jamais combien je t’aime » a été pour moi une surprise. Il se livre ici dans un récit, sous forme de roman, pour revenir sur la disparition de son épouse, après 40 ans de vie commune. Voilà une épreuve que le comédien a surmontée avec beaucoup de difficultés. L’humoriste du « Petit Rapporteur » et du « Dîner de cons » nous prouve que la résilience est possible.

Il est disponible à la Grande Bibliothèque  d’Algarve en version Pdf ou en version Ebook. Contacter Anne-France Chapuis en message privé pour l’obtenir via Messenger ou WhatsApp  ou en indiquant  votre adresse mail à annefrance.chapuis@gmail.com

Une rencontre va lui faire reprendre goût à la vie. Ce qui ne va pas sans un conflit intérieur. Il « sent » son épouse le conseiller alors que, dans le même temps, ses enfants rejettent cette nouvelle idylle. Comment concilier l’inconciliable, comment remplir ce vide affectif sans trahir les siens ? Il est manifeste que Daniel Prévost a eu besoin d’écrire pour se libérer.

Voilà un livre sur le vide, l’absence, la mort de l’être aimé. Voilà surtout la description d’un désarroi lors d’une rencontre, d’un « possible encore », d’un sentiment d’absurdité du bonheur autorisé dans la douleur. Mais voici surtout un récit plein d’amour et d’émotion qui aborde la difficile question du deuil, puisque « faire son deuil » c’est savoir accepter l’inacceptable.

Ce livre est également l’occasion pour lui d’évoquer son père adoptif et de se remémorer une amitié d’enfance qui lui fait découvrir l’Espagne et la période franquiste.

Un livre magnifiquement écrit, mêlant souvenirs, douleur et espoir… à lire, bien  évidemment !

 

TU NE SAURAS JAMAIS COMBIEN JE T'AIME
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article