Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Grande Bibliothèque d'Algarve

NOSSA SENHORA DA OLIVEIRA -GUIMARÃES

Retrouvons- nous cette semaine  à Guimarães en sa merveilleuse église de :

Nossa  Senhora da Oliveira

Dans les années  950, la comtesse Mumadona Dias qui présidait aux destinées du Portugal  d’alors, suite au décès de son époux H. Gonçalves,  fonda un monastère sur ses terres, qui fut dédié au Sauveur du Monde, à la Vierge et aux Saints Apôtres. Une fortification fut également érigée afin d’en assurer sa protection, ce qui constitua les origines du château actuel.

Au 14ème siècle pour commémorer la victoire de la bataille de Tarifa (1340) entre les forces castillano- portugaises chrétiennes et la coalition musulmane,  un marchand Lisboète Pedro Esteves et son épouse Isabel Pinhero vinrent à Guimarães en pèlerinage et soudainement l’ancien olivier qui ornait la place alors sec et d’un âge avancé retrouva de la vigueur et repris sa floraison.

Un tel miracle ne put laisser sans réaction la population locale, qui très vite organisa un véritable culte et une grande dévotion à la Vierge des Oliviers. Dom João 1er en fit officiellement la sainte patronne de l’église qui fut reconstruite en 1387.

Aujourd’hui la vue d’ensemble de l’édifice nous permet de retracer toute son histoire à travers le mélange des différents styles architecturaux. La reconstruction gothique de Dom João 1er, le clocher manuélin (1513 -1515), le chœur d’architecture classique 17ème siècle. De belles peintures du 18ème siècle attribuées à Pedro Alexandrino de Carvalho ornent l’intérieur. Les différentes chapelles nous offrent un style néoclassique du 19ème siècle.

L’édifice a été classé monument historique en 1910.

 

NOSSA SENHORA DA OLIVEIRA -GUIMARÃES
NOSSA SENHORA DA OLIVEIRA -GUIMARÃES
NOSSA SENHORA DA OLIVEIRA -GUIMARÃES
NOSSA SENHORA DA OLIVEIRA -GUIMARÃES
NOSSA SENHORA DA OLIVEIRA -GUIMARÃES
NOSSA SENHORA DA OLIVEIRA -GUIMARÃES

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article