Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Grande Bibliothèque d'Algarve

IGREJA SÃO ROQUE

Au cœur du Bairro Alto, quartier bien connu de Lisbonne, se cache un vrai bijou d’art baroque, même si sa façade ne laisse en rien pressentir sa beauté intérieure.

L’église Saint Roch (Igréja São Roque)

Replongeons-nous-en ce début du XVIème siècle, en l’an de grâce 1505, Lisbonne fut lourdement affectée par une épidémie de peste. L’importance des victimes nécessita qu’un lieu de sépulture hors des murs d’alors leur fut attribuées. Une colline du Bairro Alto fut alors choisie.

Manuel 1er, alors roi du Portugal, envoya quelques émissaires à Venise afin de lui ramener une relique de Saint Roch, saint patron des victimes de la peste. Une chapelle lui fut donc logiquement érigé à proximité de ce cimetière en souvenir de cette triste période. 

Son successeur Jean III, très imprégné de l’esprit Jésuite, décida de confier à cette congrégation la chapelle et l’édification de la nouvelle église qu’il souhaitait voir dédiée au souvenir de cet évènement.

De nombreuses chapelles y furent édifiées en intérieure dont la célèbre Saint Jean Baptiste au milieu du XVIIIème qui aujourd’hui encore est le point d’orgue de la visite. C'est un chef-d'œuvre d'art italien unique au monde, mélangeant l'ivoire, l'agate, le lapis-lazuli et l'or. Elle fut réalisée à Rome et transportée par bateau jusqu’à Lisbonne.

Miraculeusement l’église échappa aux conséquences du tremblement de terre de Lisbonne en 1755, mais la Compagnie de Jésus n’échappa pas pour sa part à la politique du marquis de Pombal et fut donc expulsée du Portugal en 1759. L’église fut alors confiée à la Maison de la Miséricorde de Lisbonne qui la détient encore à ce jour.

Un petit musée attaché à l’église abrite une remarquable collection d’art sacré.

IGREJA SÃO ROQUE
IGREJA SÃO ROQUE
IGREJA SÃO ROQUE
IGREJA SÃO ROQUE
IGREJA SÃO ROQUE
IGREJA SÃO ROQUE
IGREJA SÃO ROQUE

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article