Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Grande Bibliothèque d'Algarve

LA DENTELIERE DU CAP - LE PLUMBAGO

Bonjour à toutes et tous. Bonne semaine avec la Grande Bibliothèque d'Algarve.

Aujourd'hui nous allons découvrir un petit arbuste que j'affectionne :

Dentelaire du Cap, appelé aussi "Plumbago"

On le trouve aussi au Portugal, ses fleurs sont de couleur bleu dragée,  l'origine de son appellation vient d'Afrique australe, province du Cap comme son nom l'indique.

 

Les enfants tahitiens connaissent bien les fleurs bleues collantes du Plumbago avec lesquelles ils se font des boucles d’oreilles. La plante est actuellement à la mode car avec son nectar sucré très apprécié des oiseaux et papillons, elle répond à la tendance actuelle de créer dans son jardin un petit coin dédié aux oiseaux.

Le plumbago a été introduit à Tahiti par le lieutenant Pasquier vers 1870. Le saviez-vous?

 

La racine de la plante contient de la plumbagine, une toxine qui a plusieurs propriétés intéressantes (antimicrobienne, anti-inflammatoire, anticancéreuse, cardiotonique et anticonceptionnelle) mais qui peut provoquer des irritations sévères de la peau, des muqueuses et des yeux. En pharmacopée traditionnelle, une décoction de la racine dans l’huile d’olive est souvent utilisée pour soulager les maux de dents, la poudre de racine pour traiter les verrues et plus bizarrement comme tabac à priser pour soulager les maux de tête et comme vomitif pour dissiper les mauvais rêves.

Les fleurs coupées fraîches sont frottées sur les zones douloureuses du corps et pour apaiser les coups de soleil, les brûlures et les éruptions cutanées. La racine utilisée comme dentifrice. Avec le jus extrait de ses racines on obtient un colorant de teinte allant du bleu au noir et qui est utilisé pour les tatouages.

 

Bonne participation à toutes et tous 🙂

LA DENTELIERE DU CAP - LE PLUMBAGO
LA DENTELIERE DU CAP - LE PLUMBAGO
LA DENTELIERE DU CAP - LE PLUMBAGO

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article