Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Grande Bibliothèque d'Algarve

CAMÕES

Je vous propose de découvrir cette semaine celui qui fut et qui reste « Le Poète » portugais.

 

 Camões ( Luis Vaz de Camões ) 1517/1525 (?) – 1580

 

Si la langue française est communément citée comme étant la langue de Molière ; si l’anglais est la langue de Skakespeare, le portugais est alors la langue de Camões.

 

Il est considéré comme le plus grand poète de l’histoire du Portugal. Ses écrits font aujourd’hui encore sinon plus jamais, référence dans la langue portugaise.

Auteur de nombreux poèmes élaborés dans la tradition médiévale, Camões était également « un homme d’action » collant à son époque. Il a donc voulu vivre les péripéties des grands marins partant sur les routes des découvertes, en n’hésitant pas à embarquer sur les fameuses caravelles portugaises. C’est d’ailleurs à l’occasion d’une de ces expéditions qu’il perdit un œil lors du naufrage de son embarcation, les océans ayant eu raison de sa caravelle.  

 

Fasciné par les nouveaux mondes, en 1572 il écrivit l’œuvre la plus importante de sa vie « Os Lusiadas » abordant avec une passion largement empreinte de fierté nationale, les épopées des grands navigateurs.

 Cette œuvre demeure une référence littéraire absolue qui a permis à Camões d’entrer au club restreint des auteurs considérés comme des « génies littéraires de l’humanité »

 

Comme nul n’est prophète en son pays, le génie de Camões ne fut donc réellement reconnu à sa juste valeur qu’après sa mort, comme ce fut le cas de beaucoup de personnage portugais.

 

On présume qu’il est mort dans la misère à Lisbonne après avoir arpenté les océans ainsi qu’une partie de l’Afrique et de l’Asie. Il aurait eu selon la légende ces derniers mots : « Avec moi meurt le Portugal ». Son tombeau se trouve au Mosteiro dos Jeronimos, à Lisbonne.

 

 

Sources : Portugalmania.com    

CAMÕES
CAMÕES
CAMÕES

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article